Droit de l’Audiovisuel : Destruction de bobines de tournage

Il appartient au seul laboratoire de développement, d’établir, pour s’exonérer de sa responsabilité, que les pellicules lui ayant été confiées par le maître de l’ouvrage n’ont pas été détruites par sa faute.