La société France 3 a été condamnée pour violation du principe “à travail égal, salaire égal” aux motifs que depuis plusieurs années un salarié n’avait pas obtenu de primes “G et T” attribuées annuellement à certains journalistes.
L’employeur, seul titulaire du pouvoir de direction dans l’entreprise, ne peut s’abriter derrière la décision d’une commission paritaire pour se soustraire à ses responsabilités quant à l’attribution de cet avantage.

Mots clés : primes,prime

Thème : Audiovisuel et droit du travail

A propos de cette jurisprudence : juridiction :  Cour de cassation, ch. soc. | Date : 18 juin 2008 | Pays : France

Articles juridiques associés :

Please fill the required fields*