.

ENTRE LES SOUSSIGNES

.

.

La société SALTI LOCATION, dont le siège social est situé rue des chateaux à Marcq en Baroeul , représentée par M XXXX en sa qualité de PDG,

.

.

d’une part,

.

.

.

ET

.

.

Les organisations syndicales représentatives de salariés suivantes :

.

  Le syndicat CGT représenté par M XXXX en sa qualité de délégué(e) syndical(e)

.

  Le syndicat CGT-FO représenté par M XXXX en sa qualité de délégué(e) syndical(e)

.

  Le syndicat CFDT représenté par M XXXX en sa qualité de délégué(e) syndical(e)

.

.

.

.

.

.

d’autre part.

.

Après avoir rappelé que :

.

Les organisations syndicales représentatives dans l’entreprise et la direction se sont réunies afin de formaliser les modalités de la protection sociale complémentaire dont bénéficie le personnel de la société SALTI LOCATION en matière de remboursement complémentaire de frais médicaux

.

L’objectif de ces travaux a été de rechercher le meilleur rapport garantie/coût possible, tout en assurant un bon équilibre à long terme du régime ;

  

.

C’est au terme de cette négociation qu’il a donc été décidé ce qui suit, en application de l’article L.911-1 du Code de la sécurité sociale,

.

.

Article 1 : L’objet de l’accord collectif

.

Le régime de remboursement de frais médicaux dont le présent accord matérialise l’existence et ses modalités s’applique au bénéfice de l’ensemble du personnel de l’entreprise.

.

Le présent accord a pour objet l’adhésion de l’ensemble du personnel au contrat collectif d’assurance souscrit à cet effet par l’entreprise auprès d’un organisme habilité selon les modalités ci-après.

.

Article 2 : Le caractère obligatoire de l’adhésion

.

L’adhésion au régime remboursement de frais médicaux est obligatoire pour tous les salariés visés à l’article 1.

Elle résulte de la signature du présent accord par les organisations syndicales représentatives des salariés dans l’entreprise. Elle s’impose donc dans les relations individuelles de travail et les salariés concernés ne pourront s’opposer au précompte de leur quote-part de cotisations.

.

.

Article 3 : Les dispenses

.

Le salarié bénéficiaire du présent régime frais de santé peut refuser d’adhérer à celui-ci dans les cas suivants prévus à l’article R.242-1-6 du code de la sécurité sociale:

Les salariés bénéficiaires de la couverture santé solidaire et les salariés couverts par une assurance individuelle frais de santé au moment de la mise en place des garanties ou de l’embauche si elle est postérieure. Dans ces cas, la dispense, qui doit être justifiée par tout document utile, peut jouer jusqu’à la date à laquelle les salariés cessent de bénéficier de cette couverture ou de cette aide ;
Les salariés et apprentis titulaires d’un contrat à durée déterminée ou d’un contrat de mission d’une durée au moins égale à 12 mois, sous réserve de justifier par écrit qu’ils sont déjà couverts à titre individuel pour le même type de garanties en produisant tous documents utiles ;
Les salariés et apprentis titulaires d’un contrat à durée déterminée ou d’un contrat de mission de moins de 12 mois ;
Les salariés à temps partiel et apprentis dont l’adhésion au régime les conduirait à s’acquitter d’une cotisation salariale au moins égale à 10% de leur rémunération brute ;
à condition de le justifier chaque année, les salariés qui bénéficient pour les mêmes risques, y compris en tant qu’ayants droit, d’une couverture collective relevant de l’un des dispositifs de protection sociale complémentaire suivants :
 dispositif de prévoyance complémentaire collectif à adhésion obligatoire d’entreprise par ailleurs ;
 régime local d’Alsace-Moselle ;
 régime complémentaire relevant de la caisse d’assurance maladie des industries électriques et gazières (CAMIEG) ;
 régime de protection sociale complémentaire des personnels de l’Etat ou de collectivités territoriales;
 contrats d’assurance de groupe dits « Madelin » ;
 régime spécial de Sécurité Sociale des gens de mer (ENIM) ;
 caisse de prévoyance et de retraite des personnels de la SNCF (CPRPSNCF).

Les salariés en couple travaillant dans la même entreprise ont le choix d’adhérer individuellement ou ensemble au régime.

En cas d’adhésion individuelle : chaque salarié adhère pour son propre compte.

En cas d’adhésion couple : seul un des deux membres du couple doit adhérer en propre au régime, l’autre pouvant l’être en qualité d’ayant droit.

.

Les salariés précités seront tenus de cotiser au régime lorsqu’ils cesseront de justifier de leur situation dérogatoire.

Article 4 : Prestations

.

Le régime collectif obligatoire mis en place prévoit la couverture de garanties d’assurance frais de santé complémentaire, répondant aux conditions des articles L. 242-1, L. 871-1 et R. 871-1 et 2 du code de la sécurité sociale.

.

Ces prestations font l’objet d’une description dans la notice d’information remise à chaque adhérent. Elles ne sauraient constituer un engagement pour la société, qui n’est tenue, à l’égard de ses salariés, qu’au seul paiement de la part patronale des cotisations. Par conséquent, les prestations relèvent de la seule responsabilité de l’organisme assureur.

.

Article 5 : Financement

.

5.1 Cotisation :

.

La cotisation globale mensuelle obligatoire servant au financement du contrat d’assurance précité est fixée à : 113.92€ en régime général et 78.03€ en régime Alsace Moselle

.

5.2 Prise en charge du financement :

.

a) La cotisation obligatoire couvrant le salarié et ses ayants droit est prise en charge par l’employeur et le personnel dans les proportions suivantes :

– Employeur : 50%

– Personnel : 50%.

Cette cotisation ainsi prise en charge par l’employeur bénéficie aux salariés concernés de l’entreprise et à leurs ayants droit tels que définis dans le contrat d’assurance et la notice d’information remise au salarié.

5.3 Evolution des cotisations

.

Les cotisations évolueront automatiquement :

en fonction des résultats techniques constatés sur le contrat d’assurance précité,

et/ou en cas de modification de dispositions législatives et réglementaires, y inclus toute modification de la réglementation fiscale ou sociale, de nature à remettre en cause la portée des engagements de l’organisme assureur.

.

Toute évolution ultérieure de la cotisation sera répercutée dans les proportions sus-indiquées entre l’employeur et le personnel.

.

5.4 Portabilité des droits

.

Le régime de portabilité est mis en œuvre en application des dispositions de l’article L. 911-8 du code de la sécurité sociale. Conformément à ce texte, le coût de la portabilité des droits est pris en charge par l’employeur et le personnel actif dans l’entreprise et assuré au titre du contrat collectif obligatoire.

.

.

Article 6 : Le sort des garanties en cas de suspension du contrat de travail

.

6.1 Période de suspension donnant lieu à indemnisation

.

Sont notamment concernées les périodes de suspension du contrat de travail liées à une maladie, une maternité ou un accident ainsi que les périodes d’activité partielle et d’activité partielle de longue durée, dès lors qu’elles sont indemnisées.

Le bénéfice des garanties de protection sociale complémentaire mises en place dans l’entreprise est maintenu au profit des salariés dont le contrat de travail est suspendu, et, le cas échéant, de leurs ayants droit pour la période au titre de laquelle ils bénéficient notamment :

d’un maintien, total ou partiel, de salaire ;
d’indemnités journalières complémentaires financées au moins pour partie par l’employeur, qu’elles soient versées directement par l’employeur ou pour son compte par l’intermédiaire d’un tiers ;
d’un revenu de remplacement versé par l’employeur. Ce cas concerne notamment :
 les salariés placés en activité partielle ou en activité partielle de longue durée, dont l’activité est totalement suspendue ou dont les horaires sont réduits,
 toute période de congé rémunéré par l’employeur (reclassement, mobilité…).

– d’un congé non rémunéré qui n’excède pas 1 mois consécutif (mois civil entier).

La cotisation et son financement sont maintenus pendant toute la période de suspension du contrat de travail indemnisée dans les conditions précisées aux articles 5.1 et 5.2 de la présente.

.

.

6.2 Période de suspension ne donnant pas lieu à indemnisation

.

La suspension du contrat de travail non indemnisée n’entraîne pas la suspension du bénéfice du présent régime pour le salarié concerné si celui-ci souhaite conserver cette couverture, à condition qu’il règle directement à Verpieren, la totalité de la cotisation (soit la part salariale et la part patronale). Par conséquent, le défaut de paiement de la cotisation précitée aura pour effet de suspendre le maintien des garanties de protection sociale complémentaire auquel l’intéressé ne pourra dès lors pas prétendre.

.

.

Article 7: Information

.

En sa qualité de souscripteur, la société remettra à chaque salarié et à tout nouvel embauché, une notice d’information détaillée, établie par l’organisme assureur, résumant notamment les garanties et leurs modalités d’application.

.

Les salariés de la société seront informés préalablement et individuellement, selon la même méthode, de toute modification de leurs droits et obligations.

.

.

Article 8 : Durée, modification et dénonciation

.

L’accord est conclu pour une durée indéterminée et prendra effet le 1/1/2022

.

Il substitue toutes les dispositions résultant d’accords collectifs, d’accords adoptés par référendum, de décisions unilatérales ou de toute autre pratique en vigueur dans l’entreprise et portant sur le même objet que celui prévu par le présent accord.

Il pourra, à tout moment, être modifié ou dénoncé en respectant la procédure prévue par le Code du travail.

.

Il pourra, à tout moment, être modifié ou dénoncé en respectant la procédure prévue par le Code du travail.

Il pourra également être mis en cause dans les conditions prévues par le Code du travail.

.

Le préavis de dénonciation est fixé à trois mois.

.

En tout état de cause et sauf accord contraire des parties, y compris de l’organisme assureur, la dénonciation ne pourra avoir d’effet qu’à l’échéance du contrat d’assurance.

.

La résiliation, par l’organisme assureur, du contrat d’assurance souscrit entraînera de plein droit caducité du présent accord par disparition de son objet.

.

Article 9 : Dépôt et publicité

.

Le présent accord, ses avenants et annexes seront déposés :

sur la plateforme en ligne TéléAccords. Ils seront ensuite automatiquement transmis à la direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets, ex-Direccte) géographiquement compétente.,
au secrétariat greffe du Conseil de Prud’hommes en un exemplaire original

 .

En outre, un exemplaire original sera établi pour chaque partie.

 .

Le présent accord sera notifié à l’ensemble des organisations syndicales représentatives dans l’entreprise.

 .

Enfin, le présent accord sera transmis aux représentants du personnel et mention de cet accord sera faite sur les panneaux réservés à la direction pour sa communication avec le personnel.

.

Un exemplaire du présent accord est mis par ailleurs à la disposition de chaque salarié auprès de la DRH et sur l’intranet.

 .

 .

A Marcq, le 24/2/2022

 .

 .

Fait en 5 exemplaires dont 2 pour les formalités de publicité. 

.

.

.

.

Pour la CGT              Pour la société SALTI LOCATION

M XXXX              M XXXX            

.

Pour la CGT-FO

M XXXX

.

Pour la CFDT

M XXXX

.

.

.

Formalités légales

 

Articles juridiques associés :

Please fill the required fields*