On entend par retransmission l’enregistrement, aux fins de diffusion en direct ou en différé par le moyen de la télévision, d’un spectacle organisé par un organisateur de spectacle pendant la durée de son exploitation ou dans les quinze jours qui suivent la fin de celle-ci, que ce spectacle ait subi ou non des modifications en fonction des exigences de la télévision, qu’il ait lieu ou non en présence d’un public.

La retransmission dite ” retransmission événement ” ne comporte pour les artistes-interprètes aucun travail spécifique pour la télévision, aucune modification du texte ni de la mise en scène pour les besoins de la télévision. Elle s’effectue par l’enregistrement en continuité de deux représentations au maximum. Une répétition pour la technique peut avoir lieu au cours des représentations précédentes. Seuls les spectacles comportant au maximum sept représentations sont susceptibles de faire l’objet de retransmissions événement.

Pour les spectacles dramatiques, lyriques et chorégraphiques, le nombre de retransmissions événement est limité par an à douze pour chaque éditeur de services de télévision.

En cas de retransmission en télévision d’un spectacle organisé par un tiers, celui-ci demeure l’employeur des artistes-interprètes appartenant aux catégories régies par la présente convention collective et traite avec eux des conditions de cette retransmission.

Toutefois, les conventions conclues avec l’organisateur du spectacle comporteront pour lui les obligations suivantes :

  • en cas de retransmission événement : versement par journée d’enregistrement d’au moins deux fois le salaire minimum de journée ” enregistrement ” pour la catégorie d’artiste-interprète concernée.
  • dans les autres cas de retransmission : versement d’une rémunération au moins égale au produit du salaire minimum de journée prévu par la présente convention collective pour la catégorie d’artistes-interprètes concernée, par le nombre de journées de travail supplémentaires convenues pour la retransmission, sans que la rémunération puisse être calculée pour moins de trois jours (cinq jours pour les dramatiques).

Pour garantir que les salaires dus aux artistes-interprètes ayant participé à la retransmission leur soient payés en tout état de cause, la convention passée avec l’organisateur de spectacle prévoira deux échéances de règlement : la première, correspondant aux salaires dus aux artistes-interprètes du fait de l’enregistrement, immédiatement après l’enregistrement, le solde n’étant versé qu’après que l’organisateur du spectacle ait justifié du paiement des salaires dus aux artistes-interprètes.

Les dispositions qui précèdent ne sont pas applicables aux retransmissions de spectacles de variétés ainsi qu’aux retransmissions de spectacles dramatiques, lyriques ou chorégraphiques effectués avec le concours des troupes de théâtres nationaux ou des ensembles étrangers officiels en tournée en France ou des troupes des théâtres de la réunion des théâtres lyriques municipaux de France.

En cas de nouvelle utilisation de l’enregistrement, les artistes-interprètes perçoivent des suppléments de rémunération. Ces suppléments sont déterminés sur la base des rémunérations perçues par les artistes-interprètes pour la retransmission en fonction des éléments communiqués par l’organisateur de spectacle et annexés à la convention de retransmission, les éditeurs de services de télévision veillant à la bonne application de ces dispositions notamment en se faisant remettre copie des contrats signés par les artistes-interprètes avant le premier jour de travail.

Lorsqu’un enregistrement est assuré hors du lieu habituel de ses représentations et hors de sa période d’exploitation – y compris les quinze jours suivant la fin de celle-ci – les artistes-interprètes sont engagés et payés directement par les employeurs.

Articles juridiques associés :

Please fill the required fields*